Ethnie

Les Akha, tribu montagnarde de Thaïlande

Les Akha sont un peuple de montagnard dont les femmes sont très facilement reconnaissables avec leur coiffes et leurs tenues noires décorées de bijou.

Origine et migration du peuple Akha

Ils sont originaires de Chine, de la province du Yunnan où une grande majorité y vit encore.

Au milieu du XIXe siècle, ils émigrèrent vers le Vietnam et le Laos et par la suite ils arrivèrent en Thaïlande en passant par la Birmanie.

Leur premier village en Thaïlande a été probablement établi près de la frontière birmane vers 1903.

Près de 80 000 Akha vivent aujourd’hui en Thaïlande où ils sont majoritairement installés dans les provinces de Chiang Mai et Chiang Rai au nord ouest du pays.

Drapeau du peuple Akha
Drapeau du peuple Akha

Culture et tradition

Les vêtements des femmes Akha sont ornés de nombreuses décorations, pour les confectionner, elles utilisent une solide étoffe de coton tissée et teintée avec de l’indigo bleu-noir.

Les vêtements des hommes sont plus simples, ils se contente de pantalon de style chinois et portent parfois des turbans lors des fêtes traditionnelles.

Les maisons traditionnelles Akha sont construites en bambou et sur pilotis. Elles ne comportent pas de fenêtre et le toit descend très bas de chaque côté.

Généalogie et religion

Jeune femme Akha
Jeune femme Akha

Certains Akha seraient capable de citer le nom de tous leurs ancêtres de lignage mâle jusqu’au “commencement”. Ils pensent que leurs ancêtres sont la source de leur vie et qu’ils leur donnent les moyens de résoudre avec succès les problèmes du quotidien.

Un Akha se considère comme l’un des maillons de cette chaîne et si il se retrouve dans le besoin il se sent réconforté et s’encourage à jouer son rôle activement afin que plus tard, d’autres personnes prennent soin de lui en tant qu’ancêtre.

Les Akha parlent d’un grand être tout puissant qu’ils appellent “Apoe Miyeh“. C’est lui qui aurait créé les premiers êtres dont tous les humains descendent.

Selon un mythe, il aurait appelé les représentants des divers groupes tribaux pour leur donner les “livres” qui les instruiraient dans la “Manière Akha”.

Les textes qu’il donna aux Akha étaient inscrits sur la peau d’un buffle. Sur le chemin du retour, les Akha virent plusieurs signes mystérieux qu’ils attribuèrent au fait qu’ils transportaient le livre d’Apoe Miyeh.

Aussi rôtirent-ils la peau du buffle et la mangèrent.

Les Akha disent qu’ils ont perdu le livre, mais qu’ils continuent à avoir la sagesse d’Apoe Miyeh dans leur estomac.

Comme les thaïlandais (voir Maisons aux esprits pour protéger les habitations) ils croient aux esprits de “l’intérieur” qui vivent dans la maison et à ceux de “l’extérieur” qui vivent dans la nature.

La légende du riz Akha

Une femme veuve et sa fille qui était son unique enfant allaient tous les jours au bord d’une rivière pour récolter des ignames et des tubercules sauvages.

Un jour, la jeune fille disparut. La mère la chercha partout bouleversée mais ne réussie pas à la retrouver.

Le temps passa et un jour, alors que la mère cherchait sa nourriture au bord de la rivière, elle entendit sa fille l’appeler, l’invitant à la rejoindre au fond de l’eau.

Sa fille avait épousé le Seigneur Dragon qui vivait dans la rivière.

La mère alla rejoindre sa fille et son gendre et resta quelques temps auprès d’eux, puis elle décida de retourner chez elle.

Avant son départ, le Seigneur Dragon lui offrit en cadeau quelques grains de riz magiques emballés dans une feuille, et un roseau creux, lui promettant qu’elle aurait toujours à manger et à boire si elle les plantait.

De retour chez elle, la femme planta les grains de riz magiques et la récolte fut tellement importante qu’elle était incapable de ramener le tout chez elle.

Elle retourna voir son gendre, le Seigneur Dragon, pour lui demander que faire. Il répondit : “S’il y a trop de riz, tenez-vous debout dans votre champ et sifflez trois fois, puis frappez trois fois dans vos mains”.

Lorsque la mère fut de retour dans son champ, elle fit ce que son gendre lui avait dit et effectivement la quantité de riz diminua et elle pu ramener chez elle toute la récolte.

C’est depuis ce jour que les Akha ne frappent jamais dans leurs mains ni ne sifflent lorsqu’ils sont dans un champ de riz.

Et lorsqu’ils transportent du riz chez eux, ils sont aussi très attentifs à ne pas en laisser tomber dans la rivière, car disent-ils :

“Si le Seigneur Dragon voit un peu de son riz magique tomber dans l’eau, il pensera que nous en avons en trop et il diminuera la récolte”.

Peinture Akha


Voir aussi :

Pai : le guide de voyage

Source : “Peuples du Triangle d’Or” de Paul et Elaine Lewis ; wikipedia.org ; objectif-cap-sizun-polynesie.over-blog.com ; Photos : Femme Akha à Tha Ton : Taguelmoust ; Un village-Akha : Sputnikcccp ; Drapeau du peuple-Akha : Mysid ; Un homme-Akkha qui fume de l’opium : John Hill ; Jeunes filles-Akkhas, Muang Sing : Tango7174 ; Peinture-Akkha : Sir Richard Carnac Temple ; Femme-akkha au Laos : Veton Picq ; Porte des esprits-Akkha : Maliayosh ; Hutte-Akkha : Manuel Jobi ; Pécheurs-Akkha : Weltenbummler84 ; Funérailles Akkha : Weltenbummler84 ; Femme Akkha avec son enfant : Peter van der Sluijs ; Femme-Akkha en Birmanie : paveita ; jeune femme Akkha au Laos : Picq ; Femme Akkha au Laos : Picq ; Femme-Akkha en Thaïlande : Weltenbummler84 ; Homme-Akkha à Chiang Rai : Dmitry Dzema

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back to top button
risus. dolor neque. justo Donec ut leo. dolor. id

Adblock Detected

We’ve detected that you are using some adblocking software which is preventing the page from fully loading. We do not implement annoying types of ads!

We need money to operate the site, and almost all of it comes from our online advertising. Please add thai369.com to your ad blocking white list.

That’s one small step for YOU, one giant help for US!