Home À SAVOIR Volontariat en Thaïlande : 5 types de projets où se rendre utile

Volontariat en Thaïlande : 5 types de projets où se rendre utile

by Pierreto

Envie de faire un voyage riche en expérience et utile aux populations visités ? Voici 5 types de projets pour faire du volontariat en Thaïlande.

Lorsque quelqu’un souhaite s’engager dans une mission de volontariat en Asie, la Thaïlande est une destination qui revient souvent.

Et pour cause ! Il existe de nombreux projets qui vaillent la peine d’être soutenus au pays du sourire, notamment auprès de populations défavorisées ou dans la protection de la faune et de la flore du pays.

Volontariat en Thaïlande : soutenir un projet humanitaire

Pour les voyageurs ayant la fibre altruiste, il existe en Thaïlande de nombreux projets pour lesquels il est possible de s’engager en faveur de populations défavorisées.

Sur ce type de missions, les volontaires s’intègrent en général à la vie d’une communauté, et travaillent dans des structures telles que des crèches ou des garderies, où ils organisent des activités pour les enfants.

On trouve ce type de projets un peu partout dans le pays, notamment dans la province de Krabi.

Dans certains pays d’Asie du Sud-Est, dont la Thaïlande, vous trouverez un grand nombre de projets en orphelinat.

Même si cela peut sembler être une bonne idée au premier abord, il est cependant recommandé d’éviter ce type de mission à tout prix, car il est plus que probable que l’établissement participe au trafic d’enfants.

Dans le monde, on estime en effet que 80 à 90 % des enfants qui vivent dans ces pseudo-orphelinats ont en fait un parent en vie.

En savoir plus sur les dangers de l’humanitaire en orphelinat.

Enseigner l’anglais dans des écoles

volontariat en Thaïlande : enseignerSi vous vous débrouillez bien en anglais, il est possible de se tourner vers un type de mission plus spécialisé : les projets d’enseignement.

En Thaïlande, il y a de grandes inégalités entre l’enseignement privé, qui a les moyens d’engager des native speakers, et l’enseignement public, où certains professeurs ne parlent eux-mêmes que très peu anglais.

Pourtant, l’apprentissage de la langue de Shakespeare est un enjeu particulièrement important pour les thaïlandais souhaitant trouver du travail, car le pays est très dépendant du tourisme.

La plupart du temps, les volontaires sont placés dans des écoles ayant peu de moyens en matériel ou en personnel.

Les élèves sont généralement issus de milieux populaires, et les bénévoles occidentaux assistent les professeurs locaux dans leur apprentissage de l’anglais, notamment en ce qui concerne la prononciation.

Dans le cas de la Thaïlande, il n’y a pas que dans les villes que ce type de projets est proposé, mais aussi dans des zones plus rurales au nord (comme la province de Chiang Mai), ou dans des zones habituellement plus touristiques au sud (comme les îles de Koh Phangan ou Koh Samui).

S’engager pour la protection des espèces menacées

volontariat en Thaïlande avec les éléphantsLa Thaïlande abrite une faune et une flore tropicale particulièrement riche, avec plus de 1000 espèces d’oiseaux, et environ 260 espèces de mammifères, dont certains sont malheureusement menacés à différents degrés.

Les projets que l’on désigne sous le nom d’« écovolontariat », ont pour but la protection de ce patrimoine naturel.

Les écovolontaires qui s’engagent en Thaïlande ont souvent l’occasion de travailler dans des centres ou des réserves qui s’occupent d’espèces emblématiques du pays tels que les éléphants, les primates (gibbons, orang-outans, etc.) ou encore les tortues marines.

La plupart du temps, il s’agit d’individus blessés victimes de pratiques cruelles et ayant besoin de soins avant de pouvoir être réintroduits dans leur habitat naturel.

Là encore, les dérives existent, et il est notamment très déconseillé de faire confiance à des projets qui proposent aux bénévoles de monter à dos d’éléphants.

Les animaux que l’on trouve dans ce type de centres ont subi le phajaan, un rituel qui consiste à les rendre dociles à coup de pratiques cruelles : enfermement, châtiments corporels et autres mauvais traitements.

Voir :
Balades à dos d’éléphant en Thaïlande : une activité à éviter

Volontariat en Thaïlande : plonger pour protéger les fonds marins

volontariat en Thaïlande : éco-volontairePour apprécier toute la diversité du patrimoine naturel thaïlandais, il faut aussi se tremper !

Avec ses 2 500 km de côtes et ses nombreuses îles, la Thaïlande est une destination très prisée pour les plongeurs du monde entier, qui ont la possibilité d’admirer une biodiversité marine très riche dans des eaux peu profondes.

Il n’est donc pas étonnant que des projets d’écovolontariat marin, visant à protéger ce milieu, se soient aussi créés.

Pour y prendre part, il n’est pas forcément nécessaire d’avoir une expérience en plongée, car certains projets proposent de vous faire passer dans le même temps votre niveau 1, qui est souvent suffisant pour effectuer la mission.

Au cours de tels projets, les volontaires-plongeurs assistent généralement les chercheurs et scientifiques locaux dans le suivi de l’évolution des populations de poissons et coraux, en essayant notamment de quantifier l’impact de l’industrie de la pêche et de la montée des températures liées au réchauffement climatique.

Assister le personnel d’un établissement de santé

Volontariat en Thaïlande dans le milieu hospitalierEnfin, vous trouverez aussi des missions dans le domaine de la santé, qui peuvent notamment intéresser les étudiants en médecine ou en soins infirmiers.

Suivant leurs qualifications, les volontaires sont assignés à différentes tâches dans des hôpitaux et cliniques de villes telles que Bangkok ou Chumpon.

Les établissements répondent en général aux mêmes exigences en matière de traitement et d’équipement que ce à quoi nous sommes habitués en Occident, mais manquent de personnel.

En conséquence, certains sont en demande de volontaires pour aider les médecins et infirmiers locaux dans leurs tâches quotidiennes comme la prise de tension.

Les bénévoles peuvent aussi participer à des campagnes de sensibilisation d’hygiène ou de prévoyance.

Formalités pour pouvoir faire du volontariat en Thaïlande

Pour pouvoir faire du bénévolat en Thaïlande, il n’est pas nécessaire d’avoir un permis de travail.

Il vous faut en revanche obtenir un Visa non-immigrant O, dont la durée ne peut pas excéder 90 jours, mais qui peut être prolongé.

Pour en savoir plus sur les formalités à effectuer pour partir en mission en Thaïlande, vous pouvez vous renseigner directement auprès de l’organisme avec lequel vous partez ou bien aller voir directement sur le site de l’ambassade de Thaïlande.

Il existe donc de nombreuses possibilités de faire du volontariat en Thaïlande, et ce quelle que soit la cause qui vous tient le plus à cœur.

Du moment qu’il est fait de manière utile et responsable, le volontariat à l’étranger peut être l’occasion de découvrir une autre facette du pays, loin des attractions touristiques et au plus proche de la population locale.

Alors, motivés pour faire du volontariat en Thaïlande ?

Guidisto-volontariat.fr est un portail francophone indépendant pour le volontariat à l’étranger, qui répertorie des missions utiles et responsables dans plus de 60 pays du monde, dont la Thaïlande.

How useful was this post?

Click on a star to rate it!

Average rating / 5. Vote count:

No votes so far! Be the first to rate this post.

As you found this post useful...

Follow us on social media!

We are sorry that this post was not useful for you!

Let us improve this post!

Tell us how we can improve this post?

You may also like

4 comments

Marine 12 juin 2018 - 9 h 04 min

Bonjour,

merci pour votre article.

Nous sommes deux français étudiants actuellement en Thaïlande, pour réaliser un reportage sur les OGN humanitaires dans ce pays. Nous voulons découvrir différents aspects et modes de fonctionnement des ONG à travers quelques ONG locales. L’objectif est de pouvoir proposer des repères à ceux qui désirent s’engager bénévolement pour une ONG. Où être utile ? Quels sont les besoins des ONG ? Quels sont les écueils à éviter ?

Pourrions-nous vous rencontrer pour avoir votre point de vue sur le sujet ? Auriez-vous des conseils et contacts à nous donner ?

Merci d’avance,

Marine

Reply
Pierreto 19 juin 2018 - 3 h 34 min

Salut Marine,

Il faut contacter l’auteur de l’article : Guidisto-volontariat.fr

Reply
Emma Colson 14 octobre 2018 - 14 h 54 min

Bonjour, j’aime beaucoup votre projet: plonger pour protéger les fonds marins. Mais j’aurais plusieurs questions à ce sujet:
– Peut on partir avec un groupe de 13 personnes ?
– Les mineurs sont-ils acceptés (nous sommes un groupe composé de mineures de 17 ans et de personnes majeures)
– Est-il possible de faire le projet 2 semaines?
– Quel serait le prix pour un voyage de 13 personnes ?
– Est ce que le prix comprend les transports et le logement ?
La nourriture est-elle incluse ?
Pour vous résumer: nous sommes un groupe scout de 13 personnes, nous comptons voyager en Thaïlande pendant 2 semaines et nous sommes intéressés par votre projet.

Reply
Pierreto 18 octobre 2018 - 13 h 26 min

Salut Emma,
Comme dit dans le commentaire plus haut, il faut leur poser la question sur leur site dont l’adresse est en fin d’article.

C’est un article invité, on a pas de lien avec eux.

Reply

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.